Archives du mot-clé recyclage

Des Touches Manquent sur Votre Clavier d’Odinateur, Remplacez-les Facilement !

Article rédigé pour le site Comment-Economiser.fr

Touchedeclavier.com propose un service intéressant : le recyclage de touche de clavier d’ordinateur.

Saviez-vous qu’il est possible de remplacer les touches manquantes d’un clavier d’ordinateur ? Mon père a connu ce souci : les touches F et G de son clavier d’ordinateur portable ont fini par sauter… Ce n’était pas beau à voir et vraiment pas pratique…. LIRE LA SUITE.

Publicités

Sociologie numérique du don

Il existe mille façons de connaître un territoire et ses habitants. Une balade sur Internet sur Internet donne d’autres outils de lecture que l’actualité. En ces temps de crise Pôle Emploi est très utilisé… mais il y a aussi les sites de récup’ dont je vous parlais la semaine dernière.

Rodin version 2.0 treize

Rodin version 2.0 treize. Nouvelle gymnastique mentale « Et Re-Cycling ! Et Up-Cycling ! »

Aujourd’hui un peu de web local, avec un coup de zoom sur les donneurs du Loiret : quels dons pour quelle sociologie ? Derrière chaque proposition se cache des besoins, des familles, des territoires, des utilisations différenciées du numérique, en un mot : des composantes d’une société en mouvement.

Orléans Freecycle, un réseau pour les urbains

Importée en 2009 par un authentique couple d’Américains, le réseau Freecycle s’adresse aux habitants de l’agglomération orléanaise. En majorité on trouve des meubles et divers objets, liens lampes, des produits culturels (DVD, places de concert, jeux vidéos…), du matériel informatique (imprimantes), des animaux de compagnie (dons autorisés sauf dans un but de reproduction) et des articles de puéricultures (habits bébé, poucette…)

Récupe.net : les bricolos et les ruraux

Dans la section 45 de recupe.net on sort vite du cadre d’Orléans : Tivernon, St Ay, Oussoy en Gatinais, Gien… si on retrouve le même type de dons que sur Freecycle, une autre tendance se dégage : on trouve du matériel de construction ou de l’engrais. En termes de recyclage, certaines annonces invitent à la gestion de nouveaux flux :
Tivernon – 11/12/12 – Donne fumier de poney. A vous de prendre ce que vous avez besoin petite ou grande quantité. Il y en a régulièrement.
Orléans – 3/12/12 Donne gravats résultants de la démolition de mur en brique. A retirer sur place.

Enfin dans la catégorie Loiret de Donnons.org, les offres affluent de tout le département. Le site semble être vraiment utilisé depuis septembre 2012. Il est encore difficile de dégager une tendance de différenciation.

Un département, trois sites et un même but, le chineur professionnel que je suis a du pain sur planche. Généralement une annonce ne paraît que sur un site, et je trouve cela dommage. On devrait pouvoir poster facilement sur les trois sites pour augmenter nos chances de donner ou de trouver.

Qu’en pensez-vous ? Faut-il un méta-sites ? Comment fédérer les ressources numériques au service de la récup’ ?

Aurélien@LaVieCheap

Crédits photo (photopin) :
photo credit: <a href= »http://www.flickr.com/photos/vito_nesta_design/7935875680/ »>Vito Nesta</a> via <a href= »http://photopin.com »>photopin</a&gt; <a href= »http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.0/ »>cc</a&gt;

Site de Dons : la liste version 2.0 13

Au début de la Vie Cheap, je vous parlais longuement des sites de dons comme recupe.net ou le réseau freecycling. Des sites où l’on peut donner au lieu de jeter, récupérer au lieu de consommer.
La crise et les médias aidant, l’économie de la débrouille se popularise.
Après un long surf, voici, pour cette année, une liste non-exhaustive des sites de dons, avec leurs avantages et leurs inconvénients :

  1. recupe.net : association française pionnière (création du site en 2001) active et présente dans les salons écolos.
    Les plus : minimalisme et simplicité sont les maîtres-mots du site, clair, lisible, il est facile de poster une annonce, on va directement à l’essentiel.
    Les moins : Les annonces restent deux mois en ligne et si on a le nombre de demande sur un objet, on ne sait jamais s’il est parti ou non.
  2. freecycling.org : concept de réseau de dons né en Arizona et qui s’exporte partout.
    La force : Une ville = un réseau, c’est local et c’est proche, on peut réunir les membres pour des stands de sensibilisation au freecycling, on peut contacter la presse locale pour agrandir le réseau, on peut mener des actions sur le terrain
    La faiblesse : le réseau… soumis au bon vouloir de ses membres et à la disponibilité de son modérateur. En France Freecycle est implanté dans les aires urbaines plus qu’en territoire rurale. Comme le wifi, le concept freecycle ne passe donc pas partout, mais nous y reviendrons…
  3. donnons.org : l’autre site associatif français crée en 2010, parfois cité dans les médias.
    Les plus : Ici on trouve un classement par département (comme sur recupe.net) et par thématiques, croyez le ou non des gens donnent des pianos…
    Les moins : un trop de pub qui donnent la nausée, une interface graphique pas très lisible.

Ces trois sites semblent connaître un trafic important, ailleurs sur le net ce ne sont pas les initiatives qui manquent :

Ils méritent d’être connus : donne.consoblog.com www.ilmereste.fr
Ils sont pas mal mais pas top : www.co-recyclage.com www.toutdonner.com
Ils ont beaucoup de membres pour peu de dons : www.doncova.fr www.donoo.eu www.sitededons.net www.le-dindon.fr http://www.doncontredon.fr
Ils ont pompé sur recupe.net : www.recupere.fr, http://www.recupe.fr, www.recupenet.fr, www.larecupe.net
Ils sont… moches : jedonnetout.com, jetedonne.com (ce n’est pas pour notre ami Jean-Jacques), http://www.faites-vos-dons.fr www.gooddon.com http://www.partages.com

Et vous quels sites de dons utilisez-vous ? Pourquoi ? Êtes-vous donateur ou récupérateur ? Quels sont vos sites préférés ? Vos détestés ?

Aurélien@LaVieCheap

N’achète pas ton lit aux Suédois, demande-le à tes voisins !

 « Tu as un nouveau lit ?
– Ne m’en parle pas. On s’est organisé avec des collègues de bureau, un soir on a loué une camionnette, on est allé au magasin suédois d’Ivry.
Chacun a acheté ce qu’il voulait et puis on a traversé tout Paris pour livrer les meubles dans chaque appartement. On a terminé à quatre heures du mat et le lendemain soir c’était dîner pour le business…« 

Mon ami allemand s’était installé depuis peu à Paris. A l’écoute de son récit je riais intérieurement des souffrances endurées par l’homme moderne pour l’achat d’un soi-disant bon sommeil.
Un lit fut conçu à Delft ou à Stockholm, il fut fabriqué ailleurs, on l’achemina à Paris et un travailleur étranger l’acheta. Beaucoup d’énergie pour pas grand-chose. Achetez et prenez le poids de votre meuble, vous l’avez bien mérité ! Mais n’oubliez pas, vous utilisez votre lit vous ne le possédez pas !

La communauté des dons

Vous souhaitez vous débarrassez de certains objets devenus encombrants (premiers portables, instruments de musiques, jouets d’enfants…). Pensant arrondir la fin du mois vous allez sur le bon coin point fr. Allez-vous réussir à vendre ? J’en doute, de nombreuses annonces restent longtemps en ligne sans trouver preneur… Le meilleur exemple que je connaisse ce sont les instruments de musique premiers prix. D’ailleurs comment revendre du premier prix ?

Et si comme moi, vous avez besoin d’un lit, pas très loin de chez vous, il existe des gens qui sont prêts  à vous le donner ! Si ! Si ! La preuve :

« Bonjour,
Je donne un sommier tapissier (à ressort) en bon état, *m** sur *m**.
Il n’a pas de pieds de lit.
A récupérer sur *****
 merci« 

C’est sur Freecycling que ça se passe ! Ce site permet de trouver gratuitement tout et n’importe quoi, même des meubles suédois. Tout est donné, reste les frais de port ou le coût du trajet. Attention tout de même au philanthropisme naïf, il faut rester poli et courtois et ceux qui ont déjà donné sont prioritaires. Le site marche par inscription, il existe des réseaux dans toutes les grandes villes de France. Ils organisent même des rencontres et tentent de se faire connaître sur la place publique !

Dans le même genre on trouve Recupe.net. Ici c’est le minimalisme revendiqué : pas d’inscriptions, pas de pub, annonces ouvertes à tous et classées par département.
Si vous habitez Paris vous êtes vernis ! Le 75 voit un arrivage de nouvelles annonces au quotidien, entre les canaps, les lampes et les télés, vous avez de quoi meubler trois studios pour zéro euros !

Avant on jetait, puis on vendait, maintenant on peut donner.
Ce n’est plus de la conso, c’est de la bonne intelligence.

Aurélien@LaVieCheap

Les limites de la Vie Cheap

                         « – Excuse-me. I’m looking for a french-armenian dictonary ? »

Tiens de l’anglais à Emmaüs ! Depuis les quelques semaines de présence au stand librairie je pensais avoir tout vu : des étudiants, des personnes âgées et des échoués. La semaine d’avant un trentenaire m’avait demandé un dictionnaire Français-Serbe dans un allemand approximatif, mais du Français-Arménien demandé dans un anglais à l’accent correct fut une vraie surprise.
Des dictionnaires comme ça, on n’en trouve pas dans les greniers français et sûrement pas à Emmaüs. Il faudra le commander en librairie et ce livre coûtera cher.

Sur les dernières étagères du haut nous avons :
– Harraps Shorter Français-Anglais/English-French, édition 1967, impression 1973 : 5 €
– Bordas Français-Espagnol : 1 €
Des prix qui raviraient plus d’un étudiant. Elle compte son argent. Une petite pensée me dit que le choix sera difficile et cette petite pensée est un grand début.

Les racines de la nouvelle consommation

Les communautés d’Emmaüs ne reçoivent pas de subvention de l’Etat ou des collectivités territoriales. Elles vivent des produits de leurs ventes. Des objets récupérés et retapés. Du recyclage en somme et les rejets sont nombreux : dans l’arrière-boutique une montagne de vêtements s’accumulait.

Ces communautés luttent contre la pauvreté et l’exclusion. Sous le double effet de la crise économique et des prises de consciences environnementales l’association a pris un nouveau rôle. Elle a même axé sa communication sur ces nouvelles problématiques. Si Emmaüs rentre dans le 2.0 c’est qu’elle est clairement une ancêtre de la consommation collaborative.

Mais le recyclage ne résout pas tout.
Si certains n’ont même pas accès au Net, d’autres n’ont même pas accès au langage, comme ma dame du début ! Le numérique n’est que la seconde porte d’entrée dans la Vie Cheap, la première, comme pour tout, c’est le langage. Comment reprocher aux immigrants arrivés en France, de ne pas parler notre langue quand on ne leur en donne même pas les moyens ?

Sans tomber dans le French International Business Language, on peut, en outre, se poser deux questions :
– A quand le Français 2.0 ?
– A quand un vrai français du net, débarrassé de mauvaises traductions et d’anglicismes barbares ?

On a beau progresser il faut toujours revoir ses bases.

Aurélien@LaVieCheap

On ne possède pas Bob Marley, on l’utilise…

Comme la maison était grande ! Il y avait les chambres, les lits, les meubles, les objets… toutes ces choses et nous au milieu. Inventaire à la Prévert. Grenier d’Ali Baba. Les certitudes sont dangereuses, mais ce jour je fus bel et bien sûr d’une chose : dans la vie on accumule. On accumule les choses, les rôles et les titres. On accumule les oublis. On accumule même les accumulations.

Quelle ne fût pas ma surprise en retrouvant mon premier cd de Bob Marley en format vinyle enterré dans le buffet de ma grand-mère ! Mais alors si on lègue que possède-t-on vraiment ?

J’écris cet article. Qu’ai-je sous les yeux ? Un ordinateur, un bureau, une lampe, des rideaux, des livres et bien d’autres objets encore. Ce matériel qui fait mon quotidien, je ne le possède pas : je l’utilise. Demain si je pars, si je déménage, que prendrais-je avec moi ?
On pense au minimum, et le minimum c’est souvent trop.

Posséder et consommer sont donc des verbes d’un autre âge. Ce postulat commence à fleurir ça et là, chez les écologistes notamment.1 Mais au-delà d’une simple posture politique, il s’agit d’un changement culturel qui pourrait rendre votre vie meilleure et réduire vos coûts. Attention le changement c’est du travail !

Un exemple concret : dans une semaine vous avez un entretien d’embauche, de quoi aurez-vous besoin ? Voyager dans une autre ville : allez-y en covoiturage ! Vous habiller convenablement : Emmaüs regorge de costards et de tailleur jamais porté.2 Travaillez une dernière fois votre présentation : louez un espace de travail partagé. Peut-être dormir sur place : avez-vous pensé à être hébergé, connaissez-vous le Couchsurfing ?

Vous aurez besoin de déménager, pourquoi acheter des meubles quand on peut en trouver gratuitement ?3

Qu’allez-vous gagner ? De l’argent oui, mais aussi des contacts et peut-être des futurs amis. Vous n’avez pas envie de tromper ces amis : un lapin posé correspond à un commentaire négatif. Les réseaux numériques aboutissent à des échanges bien réels : gare aux revers de la réputation trois point zéro. Exister sur ces réseaux demande la construction d’une identité numérique, du boulot en perspective…

Bon courage ! A très vite !

Aurélien@LaVieCheap

1 : mais pas que.
2 : Véridique ! Un/une candidat(e) à la présidentielle a fait campagne en Emmaüs, cette (une) (bonne) idée est bonne.
3 : recupe.net, freecycling, Emmaüs encore…