Archives du mot-clé coworking

Les Tiers-Lieux c’est aussi dans les Milieux Ruraux.

IMG_1114

Dans les communes rurales on pense à l’ouverture d’espace de télétravail. Une opportunité pour parler coworking, consommation collaborative et fablabs.

Plus que de simples télécentres, les Tiers-Lieux semblent déjà présents dans l’ADN des territoires ruraux.

Un exemple à Pélussin, dans la communauté de commune du Pilat Rhodanien à mi-chemin entre Lyon et Saint-Etienne.

Lire la suite

Les Stéphanois co-construisent une Usine Ouverte

A Saint-Etienne, le projet OpenFactory est porté par des profils aux compétences diverses. Au mois de juin dernier, l’appel d’offre pour les Fablabs de Fleur Pellerin eut un effet catalyseur autour du DIY à la stéphanoise. (NDLR : Do it yourself ! Fais-le toi même !)


Lire la suite

CowoCamp : mais qu’est-ce que ça veut dire ?

CowowCamp Mixeur Saint-Etienne

CowoCamp, encore un anglicisme né des nouveaux modes de travail collaboratif des homos sapiens sapiens economicus numéricus…
Alors faisons simple : c’est quoi ? c’est où ? c’est pour qui ? on y fait quoi ?
Lire la suite

Dans l’embryon du coworking de Bourges

Bourges, le département du Cher, le palais Jacques Cœur… une certaine France profonde connue pour son festival et sa ruralité. Dans les années qui viennent le département devrait emprunter les chemins numériques vers la modernité.
Des espaces de coworking sont en cours de création (NDLR : espace de travail partagé entre travailleurs indépendants et créateurs d’entreprises)… oui des espaces au pluriel… si l’initiative part de Bourges, d’autres communes du département se positionnent déjà.

Regards sur cette embryon avec des informations récupérés auprès de Géraldine Magnier, toute nouvelle présidente de l’association Cowork’in Bourges.

Lire la suite

Aurélien, blogueur en voyage vers la transcendance au travail

See on Scoop.itLa Vie Cheap – la revue de Web

Aurélien Marty a expérimenté la Transcendance (1) au travail lors de l’Open-School Week-End au Mixeur les 22, 23, 24 mars (2). En feuilleton de quatre épisodes, ce jeune journaliste/blogueur/geek n…

See on www.pourparlers.eu

Au commencement étaient les pitches

See on Scoop.itLa Vie Cheap – la revue de Web

Suite de notre feuilleton sur l’Open-School Week-end. Aurélien Marty a expérimenté la Transcendance au travail lors de l’Open-School Week-End au Mixeur les 22, 23, 24 mars. En feuilleton de quatre …

See on www.pourparlers.eu

Aurélien découvre le travail collaboratif

See on Scoop.itLa Vie Cheap – la revue de Web

Suite de notre feuilleton sur l’Open-School Week-end. Aurélien Marty a expérimenté la Transcendance au travail lors de l’Open-School Week-End au Mixeur les 22, 23, 24 mars. En feuilleton de quatre …

See on www.pourparlers.eu

Aurélien et maître Kénobi

See on Scoop.itLa Vie Cheap – la revue de Web

Dernier volet de notre trilogie sur les découvertes d’Aurélien Marty lors d’un Open school week-end au Mixeur. Le jeune Y procède à son embarquement immédiat dans le faucon Millenium. Qui est le ma…

See on www.pourparlers.eu

Et je découvris le coworking !

A l’occasion de la quinzaine TT12 à Saint-Etienne, dans cet article j’explique comment le Y chômeur que j’étais à découvert le coworking au Comptoir Numérique, le tiers-lieux stéphanois.

C’était la lose, au sens de la pure perte, la méga loose : 20 et quelques piges j’étais de retour chez mes parents en recherche urgente d’emploi et d’indépendance.

Mes allers-retours entre la maison et Paul Emploi ne donnaient rien de bon. Coincé dans ma chambre d’adolescent je creusais tout seul l’Internet à la recherche d’un emploi. Je me levais le matin pour trouver mon poste de travail au pied du lit : pas très motivant…

Il fallu donc me prendre en main et retrouver un peu d’envie : je suis devenu co-workeur à mi-temps. Tous les matins je quittais la maison pour aller au Comptoir Numérique, c’était comme aller au travail, une manière de reprendre les bonnes habitudes avant l’heure.
Je payais un loyer à la journée ou à l’après-midi (15 et 9 €, cet argent mis en commun par tous les coworkeurs d’un même espace permettent de payer le loyer du lieu, les charges et la connexion Internet.)

C’est vrai je payais, mais au moins, je travaillais pour de vrai avec des vrais gens dans un vrai cadre de travail ! Cela fait beaucoup de vrai en une phrase, mais cette approche du monde du travail m’a semblé plus ludique et plus proche de ma nature numérique de djeunze. Les échanges entre coworkeurs m’ont semblé plus décomplexés que dans le cadre des entreprises.

Autour d’une grande table ronde l’ambiance était studieuse. En face de moi, une chargée de com’ en télétravail, à mes côtés un entrepreneur en architecture de réseaux :
« – Tu n’aimes pas le site de Pôle Emploi ?
– Attends regarde ce que ça donne du côté employeur, pour recruter c’est la galère ! »

Bref échange sur l’état de l’économie européenne, petit cours sur le design et l’helvetica par un graphiste, tuyaux et conseils autour d’un café…
Le coworking m’avait remotivé dans ma recherche d’emploi et cela à fini par payer !
Les possibilités et les implications du coworking sont bien plus larges, cette vidéo vous l’expliquera bien :

Le coworking est donc une alternative à développer ! Cette expérience m’a donné le goût et l’envie d’être indépendant. Alors demain tous télétravailleurs ! Pourquoi pas ?
Qu’en pensez-vous ?
Aussi du coworking découle le JobCamp : des animateurs numériques guident les chercheurs d’emploi dans la construction de leur identité numérique pro.

Au plus urgent cette initiative est une bonne option pour les jeunes : venir au coworking plutôt que traîner dans la rue ou rester chez les parents. Rechercher un emploi et voire même en créer de nouveaux. Se pose alors la question de la mise en place des moyens : recycler des ordinateurs et des bureaux pour des espaces de coworking cheap et écolo ?
Les politiques ligériens seront sûrement interpellés sur la question lors de cette quinzaine TT12 qui commence lundi 17 septembre 2012 à Saint-Etienne.

Aurélien@LaVieCheap
Pour aller plus loin : – Un nouvel espoir dans l’horizon numérique
L’identité numérique pro, anti-sèche, anti-chômage