La crise du logement, c’est sur la toile aussi !

Entassement générationnel, colonisation des toits, colocation… la crise du logement a vu l’extension des business. En Egypte elle aura au moins produit deux œuvres d’art : « L’immeuble Yacoubian » d’Alaa al-Aswani (adapté au cinéma) et « Les Femmes du Bus 678 » réalisé par Mohamed Diab. Les films et le livre – pas de critiques artistiques ici – valent le détour car la crise du logement en est un des aspects. Comme je l’ai déjà écrit plus haut (ou plus bas selon votre arrivée sur LVC) : la promiscuité est un cocktail au résultat inattendu.

En France c’est le vide numérique

En France, la flambée des loyers a poussé à la débrouille. On a vu le développement du logement intergénérationnel. A Orléans un jeune en manque de logement peut trouver une mamie en manque de compagnie grâce à l’association At Home Crochus.

Ces dernières années les médias ont constaté la multiplication des colocations (à Paris notamment). D’ailleurs de nombreux français partis en terre anglophone sont revenus avec la coloc’spirit dans les valises. Il faut reconnaître que par essence le partage de l’espace privée est un état d’esprit peu commun dans la culture française. De plus les témoignages de mauvaises expériences sont nombreux : mésententes, bruits, conception de la propreté ou conflit amoureux… la colocation suppose souvent un gros travail sur soi-même et Internet n’est pas là pour aider !

Sur la toile française le tour des possibilités de la colocation est vite fait. Premier arrêt : leboncoin point fr, le site d’annonce est communément la première étape pour la mise en contact de colocataires. Ce n’est pas un réseau, donc pas de membres, pas de profils, pas de commentaires et donc pas d’e-reputation, chacun publie ce qu’il veut avec l’identité de son choix. Même si l’on marche à la confiance les annonces peuvent être une source de malentendus et de mauvaises surprises (je vous reparlerai bientôt de ce problème).

Liens morts-vivants

La suite du voyage vire au zapping numérique et aux nanards de l’Internet, je ne citerai personne mais on peut retenir : un manque de lisibilité, des mises à jour tous les trente-six du mois, des sites aux visuels minimalistes, des polices d’écritures en pattes de mouches (je suis jeune mais quand même faut pas abuser) et une utilisation peu encourageante.

Dans certaines villes, les mêmes annonces se retrouvent publiées sur cinq ou six sites différents : pas de centralisation, pas de réseau, pub à gogo, liens miroirs et perte de temps… on navigue chez les morts-vivants. C’est vrai on ne cherche pas une coloc tous les quatre matins, mais on ne cherche pas non plus un hébergement tous les jours, pourtant CouchSurfing réussi dans son fonctionnement en réseau et en e-reputation. La colocation semble donc un sujet plus délicat : jusqu’où sommes-nous prêts à nous révéler en ligne ? Jusqu’à publier notre adresse postale sur un profil ? Quelles sont les risques ? Comment créer un réseau sécurisé pour tous et à quel niveau ?  A l’échelle locale At Home Crochus propose des solutions efficaces. Doit-on aller vers des solutions de proximité ? Une certitude simplement : on manque de réseau !

Colocation mondialisée

Avec le Net on peut trouver une colocation sur un autre continent. Au niveau des annonces les nord-américains s’en donnent à cœur joie. A Montréal déménager est un sport national. Toute l’année le site Kijiji pullule d’annonces et le 1er juillet la ville se met en mouvement. Entre les meubles laissés à l’abandon et les camions de déménagement les trottoirs sont impraticables. On y trouve de tout : bureaux, machines à laver, commodes, avec peu de bricole et de débrouille c’est une aubaine pour vivre cheap. En termes écologiques cela pose d’autres questions…

Quant aux Américains ils vendent et échangent via Craiglist, des CL Paris et Côte d’Azur ont même été créé pour faciliter la vie des touristes. Un numérique de l’entre-soi mais accessible à tous, alors un conseil : accrochez-vous ! Craiglist c’est no limit : dodo, boulot et porno sont à quelques centimètres de clics !

Aurélien@LaVieCheap

3 réflexions au sujet de « La crise du logement, c’est sur la toile aussi ! »

  1. Ping : Vol et arnaque sur Le Bon Coin.fr | La Vie Cheap

  2. Ping : Vol et arnaque sur Le Bon Coin.fr | La Vie Cheap

  3. Ping : La quête du logement et ses milles chemins numériques | La Vie Cheap

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s